Résolution numéro 1 : Je fais du sport !

Après les mois très compliqués que nous venons de vivre, il est plus que jamais important de démarrer cette année nouvelle sur de bonnes bases. Prendre soin de sa santé physique et psychique doit demeurer l’ultime priorité. Quels que soient vos objectifs, vous pouvez compter sur les professionnels de la santé pour vous aider à les atteindre. Aujourd’hui, c’est la responsable du centre « Charleroi Sport santé », le Dr Séverine Macq, qui vous donne quelques conseils pour commencer (ou reprendre) le sport de manière adaptée à vos besoins.

Pour les athlètes mais pas que…

Le centre “Charleroi Sport santé” a été créé en 2003. Doté d’une équipe pluridisciplinaire, il propose différentes activités et consultations médicales. « Le centre s’adresse à différents publics cibles dont les sportifs de la région qui souhaitent bénéficier d’un encadrement et d’une prise en charge de leurs blessures au cours d’un suivi longitudinal. Nous accueillons aussi bien des sportifs amateurs que des sportifs d’élite. »

Cependant, en plus de la prise en charge de sportifs blessés au cours de la pratique d’une activité sportive quelconque, les soignants accompagnent également d’autres types de patients, qui n’ont, pour leur part, pas d’affinités particulières avec le milieu sportif. En effet, le sport peut faire partie de l’arsenal thérapeutique mis à la disposition d’un patient atteint d’une maladie chronique par exemple. « Nous travaillons avec les unités cliniques des sites du CHU de Charleroi. Ainsi, nous proposons aux patients atteints d’une maladie chronique de pratiquer une activité physique encadrée. »

Les bienfaits avérés du sport

Les professionnels de la santé ont pour habitude de conseiller à leurs patients de faire du sport de manière régulière. Un conseil qui selon le Dr Macq n’est pas à prendre à la légère, tant les bénéfices du sport sont multiples et désormais scientifiquement prouvés. « Depuis 10-15 ans, les connaissances concernant les bienfaits du sport sur la santé ont atteint le niveau de preuve A, ce qui équivaut au plus haut niveau d’évidence. Des études scientifiques ont ainsi prouvé que l’activité physique réduit le risque de maladies coronaires, d’AVC, de diabète, de maladies métaboliques, de cancer du sein, de cancer du côlon et de chutes chez les personnes âgées, par exemple. Par ailleurs, il a également été prouvé que la pratique du sport améliore la composition corporelle, le statut fonctionnel et la santé cognitive, ce qui peut notamment aider les personnes atteintes d’Alzheimer à freiner la maladie. De plus, l’activité sportive permet de diminuer le niveau de stress et réduit le risque de dépression. Aujourd’hui nous disposons d’une littérature scientifique prouvant que l’activité physique a des effets positifs sur la santé. »

Cependant, pour jouir des effets bénéfiques du sport sur sa santé, il faut le pratiquer correctement. Pour vous aiguiller sur les bonnes pratiques à adopter, le Dr Macq tient à donner quelques conseils pratico-pratiques. « En 2007, un article paru dans l’American College of Sports Medicine disait que pour avoir un impact favorable sur la santé, il faut réaliser minimum 150 minutes d’activité sportive par semaine. Bien évidemment, nous déconseillons de réaliser cela en une fois. Il faut également prêter attention à l’intensité que vous y mettez. Il faut veiller à l’adapter en fonction de ses capacités et de son âge. Il est également très important de faire des exercices de renforcement musculaire, notamment après 50 ans. »

Une prise en charge réinventée

La crise sanitaire a perturbé le fonctionnement du centre, qui a d’ailleurs été contraint de fermer ses portes durant quelques semaines. Le Dr Macq et son équipe ont profité de cet aléa pour repenser et réorganiser les offres et les services proposés. « Avant la crise COVID-19, nous avions une prise en charge kiné pour les cas les plus lourds et une prise en charge spécifique pour les cas plus légers ainsi que les patients présentant des facteurs de risques cardiovasculaires ou autres. Nous les prenions en charge en salle et ils étaient encadrés par nos préparateurs physiques. Cette prise en charge rencontrait un énorme succès et certains patients étaient là depuis plus de 10 ans. Avec la crise nous avons dû fermer le centre et donc arrêter cette activité. Quand nous avons réouvert, nous nous sommes posé la question de savoir comment nous allions faire pour reprendre. Nous avons décidé de filtrer et désormais nous travaillons avec les personnes atteintes de certaines pathologies précises. Par exemple, nous prenons en charge les revalidations cardiaques, les cancers du sein, les cancers de la prostate sous hormonaux thérapie ainsi que les réentrainements à l’effort des patients post COVID. Pour les autres, comme les personnes à facteurs de risque, nous établissons un programme à réaliser à distance, dans un autre centre de la région par exemple. Nous revoyons ces patients-là toutes les six semaines pour faire un point. Nous projetons également de travailler avec une application, sous forme d’un dashboard, pour les suivre à distance. » 

Etant donné que les patients n’avaient plus la possibilité de se rendre au centre lors du premier confinement, les soignants du centre ont décidé de mettre à leur disposition des vidéos accessibles sur Facebook. « Nous n’avions plus accès à nos patients, donc le seul moyen de rester en contact avec eux c’était par le biais des réseaux sociaux. Nous avons sauté sur l’occasion et nous avons ainsi décidé de proposer du contenu sur Facebook. Régulièrement nous leur donnions des exercices à réaliser depuis chez eux. »

Pour conclure, le Dr Macq souhaite réinsister sur le fait qu’il est très important de pratiquer une activité physique, a fortiori dans le cadre de la prise en charge de certains types de pathologies. La prévention primaire et la prévention secondaire sont, selon elle, essentielles. « Prenons l’exemple du cancer du sein. Nous savons, car cela a été démontré, que la pratique d’une activité physique permet entre autres d’améliorer la tolérance au traitement, de diminuer la fatigue et de prévenir la perte musculaire. Le sport permet non seulement de prévenir un bon nombre de maladies mais comporte également de nombreux bénéfices lorsqu’il est intégré dans un traitement. »

Si vous désirez bénéficier des conseils des soignants du centre « Charleroi Sport santé » ou avoir plus d’informations à son sujet, rendez-vous ici : http://www.chu-charleroi.be/sites/charleroi-sport-sante.

En visitant, utilisant ce site web et en prenant contact avec le responsable du traitement, vous consentez expressément à ce que nous recueillions et traitions, selon les modalités et principes décrits dans nos politiques de confidentialité, vos données à caractère personnel.
J'accepte